Mon Tableau de Bord

Le Blended Learning pas à pas : épisode 3

Lors des 2 premiers épisodes, nous avons analysé le contexte de l’apprenant selon 2 axes :

Le moment est venu de confronter ces 2 dimensions et d’envisager le Blended Learning dans toute sa diversité…

Etape 1 : La matrice

Voici ce que l’on obtient en croisant les 2 dimensions abordées précédemment :

Blended3

Encore une fois, les modalités inscrites dans la matrice ne sont que des exemples. A vous de définir vos propres modalités… La matrice n’est là que pour orienter et pousser la réflexion.

Etape 2 : Apprentissage Formel vs Informel

Certains considèrent l’aspect “Formel vs Informel” de l’apprentissage comme un véritable axe de décision du Blended Learning. Je ne partage pas vraiment cette idée, et ce pour plusieurs raisons.

Tout d’abord, la notion d’apprentissage (in)formel reste assez vague. Voici quelques ébauches de définitions :

  • Un apprentissage peut être dit “formel” s’il s’inscrit dans un programme de formation contrôlé par l’organisation à laquelle appartient l’apprenant. C’est l’organisation qui décide des actions de formation.
  • Un apprentissage peut être dit “formel” s’il se fait par des moyens formels, c’est à dire des ressources humaines, matérielles et électroniques fournies ou validées par l’organisation à laquelle appartient l’apprenant.
  • Un apprentissage peut-être dit “formel” s’il est mesuré en terme d’effectivité ou d’efficacité par l’organisation à laquelle appartient l’apprenant.

Dès lors, dans quelle case doit-on rentrer les situations suivantes : apprentissage formel ou informel ?

  • Apprenant exploitant des ressources pédagogiques formelles (e.g. modules e-Learning fournis en libre accès par l’entreprise), mais de sa propre initiative et sans nécessairement en référer à l’organisation à laquelle il appartient.
  • Apprenant utilisant des moyens informels (e.g. Web, discussions, etc.) pour améliorer ses connaissances et se préparer à passer une certification imposée par l’organisation à laquelle il appartient.

Bref, prêtons nous tout de même à l’exercice et identifions dans notre matrice les zones qui sont susceptibles de présenter un caractère informel.

Blended3b

Etape 3 : La place du tutorat

Reprenons notre matrice et tentons cette fois d’y localiser une autre notion clé – le tutorat – que nous définirons de manière très large comme l’ensemble des modalités pédagogiques qui peuvent être facilitées par le soutien actif d’un formateur-tuteur.

Blended3c

Chose intéressante, les zones couvertes par le tutorat complètent les zones couvertes par l’apprentissage informel. Doit-on en déduire que tutorat et apprentissage informel sont 2 moteurs complémentaires de l’apprentissage ?

Conclusion

Ce nouvel épisode nous permet enfin de poser une vision plus globale sur l’ensemble des modalités pédagogiques qui peuvent prendre place dans un Blended Learning. A chacun toutefois d’inscrire dans la matrice ses propres modalités… N’hésitez pas à les partager dans les commentaires de cet article.

En outre, on peut éclairer cette matrice selon différents points de vue, comme nous venons de la faire pour l’apprentissage informel et le tutorat. Là encore, n’hésitez pas à soumettre d’autres regards. J’essaierai de les mettre en image…

La série Blended Learning ne s’arrête pas là. Je partagerai avec vous d’autres idées dans les semaines à venir.

Commentaires (4)

  1. C’est une matrice très intéressante, qui pousse à approfondir les différents moyens de formations à distance. Cela me pose une question comment amener un cours complètement présentiel vers du blended learning, comment changer les habitudes des étudiants ?
    à part les exercices, devoirs à rendre il est difficile de les rendre acteurs d’un enseignement à distance, quand ce n’est pas la modalité de base de la formation ..

    • Sébastien FRAYSSE

      Merci pour ton commentaire Aurélie. Tu soulèves en effet une question intéressante. Pour donner une piste de réponse, j’aurai tendance à voir le bon coté des choses dans la situation que tu évoques. En effet, le présentiel peut être utilisé comme un levier pour dynamiser le distantiel. L’enseignant peut en jouer. C’est un atout qui n’existe pas quand on fait du tout-à-distance.
      L’enseignant peut ainsi intercaler, entre chaque séance présentiel, différentes activités à distance, comme la lecture d’un document qui servira de point de départ à la prochaine leçon, ou la réalisation d’un Quiz avec suivi détaillé, dont les résultats seront commentés en début de leçon suivante.
      L’enseignant doit imaginer les ressorts qu’il peut exploiter grâce au distantiel. Je ne sais pas s’il existe des guides de bonne pratique ou des retours d’expérience dans le domaine de l’éducation. De manière générale, c’est ce qui manque. Alors en attendant, il reste l’expérimentation (et le partage).
      As-tu des exemples de combinaisons utilisées par les enseignants avec lesquels tu travailles ?

  2. Bonjour,

    Vous devriez aller jeter un oeil sur le mode formation « serious game » qui joint le côté ludique à cette dernière.
    C’est un mode de formation qui a le vent en poupe et très sollicité par les apprenants.

Comments are closed.